Fișă de articol.

Image Alt

O diplomă de înnobilare - Noi date despre familia Prunkul / Un diplôme d’ennoblissement – nouvelles données sur la famille Prunkul

Autori
Secţiunea
Limba de redactare română
Descriptori
Excerpt La population arménienne s'est fixée en Moldavie depuis le XIVe siècle et, aux commencements du XVe siècle, ils avaient déjà un évêque à Suceava. Pendant le XVIIe siècle, dans cette ville il y avait trois églises et deux monastères ce qui prouve -que la communauté arménienne de Suceava était nombreuse et puissante. Leur importance dans la vie socioéconomique de la ville a déterminé M place privilégiée, parmi la majorité roumaine. Ils sont présentés dans les documents comme un group à part, conduit par un prévôt qui, depuis le XVe siècle a été désigné comme personne noble ("pan").
La famille Prunkul s'est fixée à Suceava en venant de Pologne, depuis le XVIIe siècle. Suivant la tradition de la famille, leur ancien nom fut Donovac ou bien Danovii (les fondateurs de l'église Haci Gadar, près de Suceava), mais le nom a été "roumainisé", d'après le surnom d'un membre de la famille qui sera-t-on page à la Cour d'un prince de la Moldavie.
Dans un document de 1757 le prince Constantin Racovitza renouvela les privilèges des Arméniens de Suceava, en nommant comme prévôt Grigore Prunkul, ayant le droit de juger les causes des Arméniens et les causes de ceux-ci par rapport aux autres.
Le prévôt Grigore Prunkul donna une nombreuse descendance par ses trois fils, Ariton, Cristian et Luka, qui sont toujours présents dans la vie socio-économique et politique de la ville Suceava.
Depuis 1774 la Bucovine fut annexée à l'Empire des Habsbourg. L'administration autrichienne assimila la famille Prunkul dans la petite noblesse de catégorie "ritter", d'après le Décret impérial de 14 mars 1787 (la Bucovine avait été incorporé à la Galicie ce temps-là.)
Par un diplôme du 9 avril 1861, Cristi Prunkul, le fils d'Ariton Prunkul, petit-fils de Grigore Prunkul (le prévôt de 1757), est enregistré dans "Le livre de la noblesse de la Bucovine", avec son blason - dessiné sur le diplôme (voir pl. I).
Ainsi, les noms de plusieurs membres de la famille Prunkul furent notés dans la Bukoviner Majestäts Buch über den herlandigen Adeln, tom Ier.
L’administration autrichienne encourageait fortement le commerce, dont les Arméniens étaient des érieux protagonistes, à cause des gros impôts qui assuraient une bonne partie des finances. On encourageait aussi la fondation des nouveaux établissements des Arméniens en Transylvanie, dont Armenopolis (Gherla) et Theresianopolis (Dumbrăveni) en furent les plus marquants. Les familles des riches Arméniens de ces deux villes qui ont bien servi les autorités impériales seront aussi ennoblies. L'étude présente deux autres diplômes, accordés à la famille du "questor" Novae d'Armenopolis, en 1735 (voir pl. IIe) et à la famille, des Lukacz, lui aussi "questor" des Arméniens de Théresianopolis, en 1762 (voir pl. IIIe), par l'impératrice Marie-Thérèse.
La famille Prunkul de Suceava fut considérée comme une des plus notable de la Bucovine, par sa richesse et ses alliances (ils étaient apparentés aux familles de: Manuc-bey, du conseilleur de la Cour de Russie - Avedov, des barons Tissenhausen, des barons Kapri, etc.)
Ils se sont distingués aussi par leur attitude envers les Roumains, dont les désirs et les aspirations sont devenus les leurs. Dans les hautes charges qui ont occupé en administration où dans la Diète de la Bucovine, la voix des Prunkul a toujours défendu les droits nationaux des Roumains pour l'enseignement rural et urbain, aussi que pour la modernisation et le progrès. Leurs épouses ont animé des sociétés culturelles et charitables et ont fait honneur aux salons littéraires, artistiques et à la recherche scientifique.
Paginaţia 473-486
Descarcă fişierul
Titlul volumului de apariție
  • Cercetări Numismatice; VIII; anul 2002