Fișă de articol.

Image Alt

Cu privire la originea stemei Ţării Româneşti / Sur l’origine des armes de Valachie/ Over the Origins of the Coat of Arms of Wallachia

Autori
Secţiunea
  • Medalistică, Heraldică şi Sigilografie (Science des Medailles, Heraldique et Sigillographie)  Articolele semnate de autor
Limba de redactare română
Descriptori
Excerpt La question de l'origine des armes de la principauté de Valachie est réexaminée en tenant compte de quelques découvertes relativement récentes: la réalité de l'écu au lion (pl. Il/6) et les écus du "roi de Blaquie" de l'armorial "Wijnbergen" du ΧΙII-e s.
La théorie classique de la formation des armes de la Valachie par descente d'un ancien cimier (pl. I/2,3; pl. II/4) dans un nouvel écu (pl. l/1) ébauchée par le gén. P. V. Năsturel, et développée par l'historien G. I. Brătianu et par l’héraldiste Mathieu I. Caragiale, est combattue, étant démontré: 1° que l'écu des armes "sigillaires" s'avère contemporain, sinon antérieur, aux premières émissions monétaires valaques, et 2° que la fonction épigraphique qu'assume en certains cas (pl. l/2) la croix du cimier (argument essentiel de la théorie classique) est secondaire (pl. l/3). Il s'ensuit que les armoires "monétaires", et seules effectivement portées par (pl. Il/4) les princes de Valachie sont une construction complexe où entrent: a) une bannière d'inspiration hongroise dérivant des écus de l'armoriai "Wijnbergen" (l'écu) et b) le meuble de
l'écu des armes "sigillaires" transfiguré en aigle (le cimier). Les armes du grand sceau princier (pl. l/1), héraldisation à la hongroise (croissant et étoile au canton sén. du chef) de quelque ancien emblème préhéraldique et plutôt byzantin (vautour regardant, percé dans son échine d'une croix épiscopale), symbole hermétique apparenté de près à celui de la Juno Samienne, sont déjà à cette époque (2-nde moitié du XIV-es.) les armes du pays. L'écu au lion (pl. Il/5) porté par Mircea l'Ancien, probablement entre 1394—1396 quand il n'a pas régné effectivement, est le blason familial des "Bassaraba". Son souvenir sera perpétué par des armoriaux allemands (XV-e-XVI-e s.): lion de sable, couronné d'or en champ d'or. L'écu a trois têtes de maure des mêmes armoriaux (duc "d'Ascholott, d'au - delà de la Valachie") est probablement celui de quelque prince tartare.
Il s'ensuit comme hypothèses héraldiques et historiques:
1.     "Roi de Blaquie", État hypothétique, détaché vers 1215 d'une éphémère fédération vlacho-bulgare et anéanti par les Mongols immédiatement après 1242: les écus burelles d'or et de gueules, avec ou sans adjonction de deux pattes de lion de sable passées en santoir, de l'armoriai "Wijnbergen". Ces écus attestent l'ancienneté des fasces et du lion des "Bassaraba" du XIV-e s.
2. Voïvodat de Lytuon en Petite Valachie (mentionné en 1247 et 1276), héritier présumé du "royaume de Blaquie", assure la continuité de l'écu au Lion et de la bannière rayée jaune et rouge.
3. Principauté de Valachie, fondée en 1290 par le légendaire "voïévode" Noir (Negru Vodă) de la tradition historique valaque (qui ne fonde pas une dynastie): l'écu d'azur au vautour regardant de sable, percé de la croix d'or.
4. Nouvelles armoiries de la Valachie (XIVe s.) sous les "Bassaraba", continuateurs de la dynastie de Petite Valachie: écu parti d'un fascé (4 pièces) d'or et de gueules et d'azur plein; cimier une aigle regardante d'or percée d'une croix, dérivant des armes précédentes. Blason familial des "Bassaraba": d'or au lion de sable couronné du champ. La persistance des fasces et du lion confirme l'authenticité des écus de l'armorial "Wijnbergen".
Après 1500 l'écu des armes "sigillaires", subissant mainte modification, subsiste seul, les autres traditions se perdent. L’écu parti des armes "monétaires" survivra dans une tradition vexillaire qui déviant patente en 1834 dans le tricolore valaque d'où dérivera ensuite le tricolore roumain.
Paginaţia 183-195
Descarcă fişierul
Titlul volumului de apariție
  • Cercetări Numismatice; V; anul 1983