Fișă de articol.

Image Alt

Unele aspecte ale circulaţiei monetare din zona Gurilor Dunării în secolul al XII-lea/ Certains aspects de la circulation monétaire dans la zone des Bouches du Danube au XIIe siècle/ Aspects of Monetary Circulation at Danube Mouth in the Twelfth Century

Autori
Secţiunea
Limba de redactare română
Descriptori
Excerpt L’auteur analyse certains aspects de la circulation de la monnaie byzantine dans la zone des bouches du Danube pendant la période des années 1092-1204, conformément à 222 monnaies byzantines qui sont en grande partie inédites. Le lot étudié se présente ainsi: Alexios Ier (1081-1118) - 70 exemplaires (dont 62 exemplaires trachea de billon et 8 tetartera); Jean II (1118-1143) - 70 exemplaires (69 aspres trachea de billon et 1 tetarteron); - Manuel Ier (1143-1180) - 73 exemplaires (69 aspres trachea de billon et 4 tetartera); - Andronic Ier (1180-1185) - 2 exemplaires (1 aspre trachy de billon et 1 tetarteron); - Isaac II (1185-1195); 2 exemplaires (les deux aspres trachy de billon); - Alexios III (1195-1203) 5 exemplaires (3 aspres trachy de billon et 2 tetartera).
Des 222 monnaies, 85 sont présentées avec toutes les dates techniques nécessaires dans un catalogue qui se trouvé à la fin du travail. Les monnaies proviennent des découvertes isolées ou des dépôts trouvés à Isaccea, Niculiţel, Rachelu, Mânăstirea Cocoş, Troesmis - la Cité de l'Ouest, Măcin, Valea Teilor, Tulcea, Nufărul, Ostrovul, Chilia Veche et aussi dans d'autres localités non précisées du département de Tulcea.
Dans la première partie de l'étude on analyse brièvement certaines tendances qui peuvent être remarquées dans la circulation monétaire de la zone de Bouches du Danube entre 969 et 1081. Après un apogée atteint au temps de Romain III, sous les héritiers de celui-ci on assiste à une crise de plus en plus accentuée. Elle se caractérise par la continuelle réduction de la quantité de la monnaie qui se trouvait en circulation et aussi du poids de celle-ci. Depuis le règne de Romain IV, le nombre de monnaies émises par les différents empereurs découvertes à l'autre, sans qu'on puisse expliquer ce fait d'une manière satisfaisante uniquement par les événements politiques et militaires de l'époque. On assiste ainsi à un phénomène inflationniste, dans les conditions de la diminution de la valeur de la monnaie en or et en bronze. Les découvertes monétaires de la période des années 1081-1092, indiquent le fait que les liaisons avec Byzance ont continué même dans les conditions politiques et militaires très graves de la première décennie du règne d'Alexios Ier Comnène.
La seconde partie du travail est consacrée à l'analyse de certains aspects de la circulation de la monnaie byzantine entre 1092 et 1204.
Un premier problème qui préoccupe l'auteur est celui du moment de début de la pénétration dans la zone des Bouches du Danube de la monnaie réformée d'Alexios Ier.
En dépit de la présence de quelques exemplaires isolés qui ont pénétré tout de suite après 1092-1093, l'auteur considère que les nouvelles monnaies s'imposent dans la région seulement aux années de la fin du XIe siècle et au début du suivant, en même temps avec la troisième émission constantinopolitaine de Hendy.
En assurant la frontière danubienne et les développements économique général de l'Empire byzantin, la circulation monétaire s'est développée et amplifiée rapidement et a atteint son apogée pendant le règne de Jean II et les premiers années du règne de Manuel Ier. Le milieu du XIIe siècle représente un moment d'épreuve dans l'histoire de la circulation monétaire dans la zone des Bouches du Danube.
Les dernières monnaies byzantines qui apparaissent en grand nombre sont celles de la première émission constantinopolitaine de Manuel (datées par l'auteur à base d'un dépôt d'Isaccea 1143-1148). La cause de la restriction de la circulation monétaire est due tant aux nouvelles attaques Coumans parmi lesquelles celle de 1148 paraît avoir eu de graves effets en Dobroudja, qu'à l'aggravation de la situation économique de Byzance et aux dernières deux décennies du siècle, la révolte des Valaques et des Bulgares dirigés par Pierre et Assan.
Due à la détérioration de la situation politique en Dobroudja de même qu'au sud de la Valachie, Moldavie et Bessarabie, le phénomène de thésaurisation se manifeste plus tôt qu'au reste des Balkans puisqu'il commence au milieu du XIIe siècle et s'accentue entre 1086-1204. Quoique bien réduite quantitativement la monnaie byzantine continue à pénétrer sans interruption jusqu'à la chute de Constantinople en 1204, fait qui prouve que la région a été maintenue sous le contrôle de l'Empire, en dépit des attaques Coumans et des révoltés des Balkans.
La catégorie monétaire la plus fréquente utilisée dans la zone des Bouches du Danube au XIIe siècle est représentée par les aspres trachea de billon mais d'une manière surprenante, les tetartera apparaissent dans une proportion assez grande - 7,24%.
Aux dernières décennies du siècle les anciennes aspres émis au temps d'Alexios Ier, Jean II et au début du règne de Manuel Ier ayant un contenu plus grand en argent sont thésaurisés en grand nombre et ils constituent la majorité des pièces des dépôts cachés entre 1186-1204.
On connaît aussi des découvertes d'aspres coupées ultérieurement à leur émission, pour que le nouveau poids corresponde mieux aux rapports d'échange de l'hyperpère et de l'aspre dans la période 1185-1204.
En ce qui concerne les ateliers d'émission en première place se situe Constantinople, avec 85,07% du total, suivi par Thessalonique avec 6,33%, Andrinople (Philippopolis ?) avec 1,80%, les ateliers grecs et la Crimée avec 0,40% chacun.
Paginaţia 51-71
Descarcă fişierul
Titlul volumului de apariție
  • Cercetări Numismatice; III; anul 1980